Omar B : les circonstances de son décès

Le 20 février dernier, les mélomanes togolais apprenaient la mort de l’artiste de la chanson, Omar B, âgé de 35 ans. La nouvelle tragique a secoué le monde du show-biz. « La Nouvelle Tribune » a aussitôt tenté d’en savoir plus sur le décès d’Omar Ahiangban – son vrai nom -, qui était, d’après ses proches, en proie à une profonde dépression.

Détresse émotionnelle

Derrière les sourires de façade, le musicien vivait le mal être. Effacé un temps de la scène musicale togolaise, lui qu’on surnomme le « roi du RNB togolais » souffrait d’un douloureux passage à vide. Après une belle et longue période de succès, vinrent les moments de galère, le tout mêlé à son tempérament réservé, mélancolique, rêveur et torturé qu’on peut retrouver sur son dernier album « Me Myself & I ».

Le « Meilleur artiste Soul/RNB du Togo 2009 et 2010 » aurait plongé dans la dépression d’après ses proches. « Il était perturbé par ses pensées sur le sens de la vie et des relations humaines. Il supportait de moins en moins sa mise à l’écart du show-biz togolais », nous a indiqué un ancien membre de son staff musical. « Ça a duré 7 ans. Et durant ces 7 ans, j’avais trois amis. Il y avait moi, moi et moi. Moi lorsque j’étais en train de souffrir à l’hôpital, lorsque j’étais dans les problèmes. Il n’y avait personne (…) », livrait le chanteur le 19 décembre 2019 à l’Institut français de Lomé, au cours de la présentation au public de ce qui sera son dernier album. Il essayait de remonter la pente. Mais il n’aura pas eu le temps de promouvoir cet opus. Embarqué dans un tourbillon dramatique, engagé dans un tunnel obscur, il passera d’une fatigue intense à trépas.

Le 21 février, en pleine fièvre électorale, au journal télévisé de 13 heures, la télévision nationale togolaise annonce la mort du chanteur. Confirmant les titres des nombreux sites d’information qui avaient déjà eu vent de la triste nouvelle par le biais du dernier carré des proches d’Omar. Selon de nombreuses sources, le chanteur aurait succombé à un accident cardiovasculaire dans la nuit du jeudi. « Omar B avait fait état de plusieurs problèmes de santé ces dernières années depuis sa séparation (en 2013) avec le manager Tam Hakim Toutou et le label Fanga Music », confie un journaliste culturel local.

Dépression nerveuse

La détresse émotionnelle du chanteur s’était en effet fait ressentir il y a quelques mois. A la sortie de son dernier album où il a déclaré : « Je suis abandonné, insulté et trahi », avant de fondre en larmes. Les mélomanes s’étonnent que personne dans son entourage ou dans le milieu culturel togolais n’ait pu penser à sonner l’alarme quand il sombrait dans la dépression. « Le roi du RNB est parti. Celui-là même que tout le monde a délaissé et relégué au second plan, au profit des nouveaux talents (…) », regrette une source.

Des jours avant sa fatale crise cardiaque, d’après les témoignages recueillis, la star du RNB togolais se plaignait de fatigue excessif, rhumes à répétition, voire des maux de têtes. Quelques-uns des symptômes pouvant mener à la dépression d’après un médecin que nous avons interrogé. Mais alors, cette crise cardiaque, d’où provient-elle ? « La dépression augmente le risque de crise cardiaque de 40%. Elle peut vraiment nous briser le cœur. Plus vous êtes déprimé, plus vous êtes à risque », nous répond le médecin. Et de poursuivre : « La dépression déclenche les hormones du stress. Ces hormones du stress entraînent à leur tour des inflammations et de l’athérosclérose (une maladie artérielle), qui peuvent accélérer les maladies du cœur ». « La dépression est une maladie qu’il faut prendre au sérieux, et qui peut arriver à n’importe qui… même aux gens qui semblent tout avoir », prévient-il.

Au-delà de la peine intérieure dont souffrait l’artiste, de l’avis des Togolais, le chanteur aurait pu être sauvé si l’hôpital public de référence du pays, le CHU Sylvanus Olympio, était mieux équipé au niveau du service des urgences. « On n’y vient pour se soigner mais on y rencontre plus facilement la mort », commente un fan de l’artiste sur les réseaux sociaux. Elisabeth Apampa, animatrice radio et proche du chanteur, quant à elle, dénonce sur sa page facebook : « (…) Vu la faiblesse des équipements médicaux, le manque d’équipements médicaux dans nos hôpitaux (…), s’il était millionnaire, il serait parti se faire soigner au Ghana ou au Maroc ». « Manque de soutien de nos artistes, manque de moyens dans nos hôpitaux. Si Omar B était millionnaire, il serait encore vivant », regrette Noël Ayawo, un fan de l’artiste. Des Togolais regrettent le manque d’oxygène au CHU Sylvanus Olympio qui aurait été fatal à l’artiste. La garde médicale, cette nuit-là, n’aurait pas été en mesure de prendre efficacement en charge le chanteur, faute d’équipements médicaux insuffisants. « Mais quand l’heure sonne, c’est que le temps de Dieu a sonné pour toi. C’est lui qui donne le souffle de vie, et c’est également lui qui le reprend », nuance un interlocuteur.

Inhumé vendredi dernier au cimetière musulman d’Adéticopé, Omar B aura marqué une génération qui aujourd’hui lui rend hommage.

                                                                                                                                  Ismaël ALI